La crédibilité de la cosmétique en France

La crédibilité de la cosmétique en France

Publié le 01/12/2017

L’exemple des crèmes amincissantes est illustré par les deux études publiées par le journal « 60 Millions de Consommateurs ». Il ne s’agissait pas de promettre l’impossible, mais l’étude assez rigoureuse et surtout indépendante proposée par l’Institut National de la Consommation, démontrait un pouvoir amincissant significatif pour cinq produits. L’ensemble des principes actifs amincissants utilisables a été décrit dans un article de l’Encyclopédie Médico-Chirurgicale publié en novembre 2007.

La cosmétique instrumentale

Face au développement considérable des techniques de médecine esthétique, la cosmétique est en mesure de proposer des molécules permettant la préparation, l’accompagnement ou l’optimisation des soins proposés par les médecins.

Par exemple, lorsque l’on utilise les ultrasons focalisés pour chasser la cellulite, la présence d'une fibrose importante du tissu adipeux peut limiter la bonne pénétration des ultrasons à travers ces mêmes tissus. L’application préalable d’une crème défibrosante améliore les conditions afin de rendre plus efficace l’action des ondes ultrasonores. De même, l’application de crèmes contenant des principes actifs drainants aux lipolytiques peut favoriser l’élimination de la rétention d’eau et des graisses après un soin.

Cette nouvelle tendance de la cosmétique a déjà trouvé des applications. Par exemple, la gamme Biomédic de la Roche-Posay propose des principes actifs qui stimulent la récupération cutanée de la peau post-intervention esthétique.

La chronocosmétique

De nouvelles molécules, appelées "sirtuines" ont été récemment découvertes. Il s’agit de protéines dont l’action peut être différente selon le moment où elles sont utilisées. La nuit, les sirtuines ont une action de réparation qui peut être essentielle dans l’effet de rajeunissement d’une crème cosmétique. Dans la journée en revanche, les sirtuines ont une action stimulante qui peut majorer les effets d’agresseurs extérieurs tels l’exposition au soleil ou le stress. On sait aujourd'hui d'autres part que certaines vitamines spécifiques ont des effets inhibiteurs sur les sirtuines.

Compte tenu de l’action extrêmement puissante de ces sirtuines, la possibilité de les donner au bon moment, c'est-à-dire la nuit, afin de réparer et d’inhiber leur action dans la journée où certains agresseurs peuvent interférer, répond à des critères de chronobiologie, de plus en plus utilisés dans d’autres domaines de la pharmacie et de la médecine.

Dans cet exemple, la chronocosmétique nous indique comment formuler une crème en fonction du moment et du mode d’action que l’on espère.

L’efficacité de la cosmétique s’en trouve considérablement augmentée. Au niveau de la peau et des tissus sous-cutanés, trois actions pourront être revendiquées par les cosmétiques d’aujourd’hui : stimuler, réparer, éliminer.

  • stimuler les principaux composants des tissus dermiques et sous-dermiques : les fibroblastes, le collagène, les facteurs de croissance, les fibres d’élastine ;
  • réparer les effets des facteurs d’agression quotidienne (pollution, tabac, soleil…) ;
  • éliminer les toxines, les cellules mortes, la rétention d’eau.

La chronocosmétique permet d’utiliser le bon produit au bon moment, dans un environnement favorable (environnement circulatoire ou psychique, etc.).

La cosmétique médicale

Un cosmétique contient un ou plusieurs principes actifs, c'est-à-dire des molécules ayant un effet particulier sur une cible précise. L’une des problématiques centrales est de parvenir à stabiliser les principes actifs dont l’effet est connu sur les tissus pour pouvoir les utiliser en cosmétique. Par exemple la vitamine C indispensable à la fabrication du collagène cutané peut être stabilisée et incorporée dans les crèmes. Un autre problème de la cosmétique est de découvrir de nouveaux principes actifs et de réussir à les transporter jusqu’à la cible choisie.

Pour transporter ces principes actifs à travers la couche cornée de l’épiderme, la cosmétique dispose de différents moyens : les excipients, les adjuvants et les promoteurs d’absorption.

L’excipient est le véhicule qui permettra de transporter le principe actif, mais également de le conserver lorsqu’il s’agit de molécules naturelles qui risquent de se détériorer avec le temps.

L’adjuvant (du latin adjuvare qui veut dire assister, seconder) est une molécule qui aide le principe actif à agir.

Pour que cet objectif de transport d’un principe actif vers la cible soit atteint, il faut une cohérence entre les principes actifs, leurs adjuvants et leurs excipients, ainsi qu’une fluidité permettant à ce nouveau système "eau-produit cosmétique" d’atteindre un équilibre stable.

La fluidité (qui détermine la vitesse de diffusion du produit) est augmentée grâce à l’utilisation de promoteur d’absorption ou en modifiant la perméabilité cutanée.

Cette perméabilité cutanée peut être améliorée grâce à des adjuvants comme le propylène glycol ou des solvants tels l’éthanol ou l’acétone. La diffusion peut être également améliorée en fluidifiant les lipides cutanés, c'est-à-dire en les « décompactant » grâce à l’utilisation de chaînes alkyls.

Différentes techniques permettent d'améliorer la diffusion : les liposomes, les transférosomes, les niosomes… Il s’agit de structures formées d'une à plusieurs couches lipidiques avec des compartiments aqueux qui miment la structure lamellaire du ciment intercornéocytaire.

La diffusion peut également être augmentée grâce à l’amélioration de la microcirculation cutanée, une bonne hydratation, un gommage de la couche cornée, l’utilisation de pansements occlusifs, ou l’augmentation de la température cutanée.

Connaître les bases de la cosmétique pour le médecin esthéticien, c’est optimiser son utilisation dans la pratique quotidienne.

La cosmétique vasculaire

La microcirculation cutanée est la véritable responsable de la nutrition de la peau. Elle est au cœur d’un système d’équilibre finement régulé, impliquant la thermorégulation, le système nerveux autonome, ainsi que de nombreux médiateurs biochimiques. Le système microcirculatoire est également en lien étroit avec l’équilibre production/résorption du collagène.

Depuis plus de huit ans, nous travaillons avec un nouvel appareillage : le micro-angioscope. Il s’agit d’un système de microscopie numérisée dérivé de la capillaroscopie.

Utilisée depuis une vingtaine d’années, la capillaroscopie permet avec un grossissement de 50 à 100 fois de visualiser les boucles capillaires au niveau de la base de l’ongle ou de l’œil.

Plus récemment, la capillaroscopie en pleine peau permet de visualiser les boucles capillaires au niveau des papilles dermiques avec une qualité d’image variable suivant les régions du corps observées et l’épaisseur de l’épiderme.

La micro-angioscopie est un procédé de microscopie optimisée qui permet un grossissement de 400 fois, une visualisation des boucles capillaires ainsi que des réseaux vasculaires du derme réticulaire sur toutes les parties du corps (visage, tronc, membres, ainsi que les muqueuses).

Nous avons pu déterminer une sémiologie des anomalies capillaires observables en dehors d’une pathologie. À l’état normal, le réseau réticulaire microvasculaire apparaît maillé de façon régulière, les boucles capillaires ont une densité de 10 à 13 par mm² avec un versant veinulaire légèrement plus dilaté que le versant artériolaire.

Les principales anomalies fonctionnelles observées sont les dilatations capillaires, l’œdème péricapillaire, les tortuosités capillaires, ainsi que la raréfaction de la densité capillaire.

Différents chapitres de la médecine vasculaire peuvent ainsi être illustrés, telle la dermatologie vasculaire, la cosmétique vasculaire, le vieillissement vasculaire.

Les tortuosités capillaires témoignent d’une souffrance chronique de la microcirculation et sont un témoin précoce du vieillissement vasculaire. Les dilatations capillaires traduisent la stase du flux circulatoire et la fragilité des parois. L’œdème péricapillaire est un signe précoce de rétention d’eau.

Les raréfactions capillaires influenceront l’éclat du teint.

Témoin de cette nouvelle tendance et de l’intérêt de l’industrie cosmétique pour le concept de « cosmétique vasculaire », une gamme de produits à action vasculaire est sortie cette année en France.

Conclusion

Les produits cosmétiques ont aujourd'hui fait leur preuve. Chaque année, de nouvelles molécules sont découvertes et associées à de nouvelles techniques pour permettre d’atteindre leurs cibles de manière plus rapide, plus efficace, et avec un effet plus durable.

Nourrir de l’intérieur grâce à la cosmétique vasculaire, agir au bon moment grâce à la chronocosmétique, accompagner les techniques médicales par la cosmétique instrumentale : jamais les molécules produites n’ont été aussi performantes. À côté de ces concepts à forte potentialité d’avenir, coexistent d’autres pistes telles la biocosmétique (la meilleure gestion du rapport bénéfice/risque), la psychocosmétique (rendre la peau réceptive), la cosmétique préventive (agir le plus tôt possible), la cosmétique masculine…

Loin d’être un simple chapitre de la dermatologie, la cosmétique devient une véritable discipline à part entière qui constituera à l'avenir un outil de plus en plus fiable pour les médecins esthétiques.

Ces articles peuvent vous intéresser
Renforcez vos défenses immunitaires avec les ampoules booster

Renforcez vos défenses immunitaires avec les ampoules booster

08/11/2018
Le froid, le manque de lumière, la pollution, une alimentation plus riche sont autant de facteurs nuisibles au bon fonctionnement de l’organisme. L’hiver est la saison de tous les dangers pour...
Lire la suite
Un teint lumineux toute l'année c’est possible

Un teint lumineux toute l'année c’est possible

14/09/2018
Pollution, stress, mauvaise alimentation, manque de soleil, voici les quatre ennemis de votre peau. Que vous utilisiez des crèmes hydratantes en abondance ou non, conserver un teint lumineux et...
Lire la suite
Une nouvelle génération de soins cosmétiques

Une nouvelle génération de soins cosmétiques

01/12/2017
Pourquoi changer notre rituel beauté ? Actuellement, la majorité des femmes appliques des cosmétiques cutané pour leurs rituels beauté. Mousse nettoyante, crème hydratante, sérum, BB cream......
Lire la suite
Potentialiser l’action des cosmétiques

Potentialiser l’action des cosmétiques

01/12/2017
La nutricosméceutique : la cosmétique « catalysée » La nutricosméceutique est l’absorption de molécules aux principes actifs soigneusement sélectionnés pour leur structure chimique et leur...
Lire la suite
La nutricosmétique : les soins de l'intérieur

La nutricosmétique : les soins de l'intérieur

01/12/2017
La nutricosmétique est un concept relativement nouveau : absorber par voie orale  et non topique des principes actifs visant à améliorer la nutrition profonde de la peau, des cheveux et des...
Lire la suite